Le 17 mai, c’est la journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. Depuis toujours, Ecolo et son groupe Ecolo Nous Prend Homo (ENPH) œuvrent activement dans la défense et la reconnaissance des droits des citoyen·ne·s LGBTQI+. La vision de notre parti est sans équivoque : personne ne devrait subir de discrimination en raison de son orientation sexuelle, de son identité de genre ou de son expression de genre. Aujourd’hui encore, la communauté LGBTQI+ continue de faire face à l’invisibilisation et à différentes formes de discrimination. Les statistiques sont loin d’être satisfaisantes. En Belgique, une personne sur deux ne fait pas son coming out sur son lieu de travail et six personnes sur dix n’osent pas tenir la main de leurs partenaires dans la rue.

Depuis mon arrivée au gouvernement, j’ai eu l’occasion d’avancer sur de nombreux dossiers. 

Par exemple, le volet de l’accueil et de l’accompagnement des victimes figure parmi mes priorités politiques. De ce fait, j’ai accordé 945.000 € au refuge bruxellois et aux coupoles LGBTQI+ de Flandre et de Wallonie dans le but de soutenir des lieux destinés à offrir un hébergement aux jeunes qui sont rejetés voire menacés par leur famille en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. 

De même, la loi transgenre est en cours de modification. En tant que secrétaire d’Etat à l’égalité des genres, je m’attèle à mettre en pratique l’arrêt de la Cour constitutionnelle de 2019. Il s’agit, pour moi, d’une remarquable opportunité pour faire évoluer la société et agir concrètement sur les changements en marche. 

A courte échéance, je réalise un projet de loi qui propose l’invisibilisation du marqueur de genre sur la carte d’identité. Cela signifie que l’enregistrement de sexe ne sera plus visible sur la carte d’identité mais toujours présent dans le numéro de registre national et sur la puce électronique. 

A plus longue échéance, je souhaite repenser le système d’enregistrement du genre dans son ensemble dans les documents officiels, de façon à aboutir à la suppression de la mention du genre sur tous les documents qui ne l’exigeraient pas. Cette recherche nécessite bien entendu des études approfondies et des rencontres avec les expert.e.s et associations concernées. 

En parallèle, je sensibilise les différentes structures publiques et privées quant au caractère personnel de l’identité de genre et les amener à remettre en question l’utilité d’une question

En ce qui concerne les droits des personnes intersexes, le vide juridique existe toujours. Au vu de cette situation, J’ai déposé en tant que parlementaire fédérale la résolution écrite par les associations de terrain et l’Equality Law Clinic visant notamment l’interdiction des opérations et traitements non nécessaires sur les enfants présentant une forme d’intersexuation. Cette résolution a fait l’objet d’auditions au Parlement avant d’être adoptée le 11 février dernier. Je me réjouis de poursuivre ce combat et de transcrire cette résolution dans la loi.

Face aux discriminations, la solidarité !

La journée du 17 mai reste donc essentielle pour contribuer aux changements de la société. C’est pour cela que le mois de mai est devenu le « pride month » en Belgique.

Habituellement, nous nous donnons rendez-vous à la fameuse parade de la Belgian Pride. Cette année, vu les conditions sanitaires, cela ne sera pas possible, mais avec Ecolo, nous restons mobilisé·e·s. Je vous invite tou·te·s à vous rallier à notre action nationale du 17 mai en manifestant votre soutien, par exemple :

  • En mettant une photo au couleur de l’arc-en-ciel sur vos réseaux sociaux ou à votre fenêtre
  • En plaçant un drapeau arc-en-ciel à votre fenêtre ou sur votre lieu de travail
  • En demandant pour hisser un drapeau arc-en-ciel sur votre lieu de travail
  • En changeant sa photo de profil sur Facebook avec ce filtre

Cette année plus que jamais, mobilisons-nous pour les droits des personnes LGBTQI+ en Belgique et dans le monde !

 

Share This