Soutenir les aidants proches

Alors que le nombre de personnes dépendantes est en augmentation constante, la fonction de l’aidant proche n’est pas suffisamment reconnue et soutenue en Belgique. Ainsi, ces personnes aidantes ne reçoivent-elles aucun soutien pour leur permettre de faire face à des charges familiales accrues tout en essayant au mieux de continuer à mener une vie sociale, professionnelle et culturelle normale. Or il s’agit souvent d’un choix imposé par la vie, une sorte de volontariat contraint.

Afin que la fonction d’aidant proche devienne moins contraignante, il convient d’agir à plusieurs niveaux :

  • élargir l’offre d’aides à domicile et l’offre d’accueil des personnes en situation de grande dépendance ;
  • rendre plus accessible l’assistance externe à domicile, tant matériellement que financièrement ;
  • accorder une véritable reconnaissance à l’aidant familial et à son rôle ;
  • supporter les associations de soutien aux aidants proches.

En effet, le maintien à domicile d’une personne handicapée, a fortiori de grande dépendance, demande une grande disponibilité et entraîne, dès lors, bien souvent, une interruption de carrière et, partant, une diminution des revenus du ménage ainsi qu’une perte de relations professionnelles et sociales. Même pour une durée déterminée, un tel accompagnement entraîne un risque de sortie du système de protection du travail et de perte de droits, essentiellement dus à l’absence de reconnaissance de telles situations.

Pour répondre à cela et prévenir l’épuisement physique, moral et financier des aidants, Ecolo entend mettre en place un cadre légal qui reconnaît le statut d’aidant proche [1]. Il s’agit ainsi d’ouvrir des droits similaires au congé parental, d’accorder une flexibilité au travail, de prévoir une assimilation de la période passée auprès du proche dans le calcul de la pension, de permettre la dispense de recherche d’emploi durant cette même période si l’aidant proche est au chômage, etc. Cette proposition prévoit également la possibilité qu’une personne soit aidée par deux aidants proches afin que ces derniers puissent continuer à travailler à temps partiel et maintiennent ainsi une activité extérieure et un réseau relationnel. Cette proposition devrait également permettre une meilleure répartition des rôles entre les hommes et les femmes d’une même famille, rôle essentiellement rempli par les épouses, filles, mères ou sœurs aujourd’hui.

Ecolo propose également que les entités fédérées organisent et subventionnent les associations de soutien aux aidants proches, afin d’accompagner les aidants dans leur fonction et de lutter contre leur sensation d’isolement, par des formations et des lieux d’écoute et de partage de ce que chacun vit.

Enfin, la personne aidée doit, elle aussi, pouvoir faire appel à un tiers dans cette relation particulière avec l’aidant proche, afin que ses désirs personnels soient respectés. En effet, la relation aidant-aidé est une relation difficile qui demande beaucoup de temps et d’énergie. Les risques de maltraitance et de souffrance, tant pour la personne aidée que pour l’aidant, ne sont donc pas négligeables et doivent être anticipés.

Proposition : Renforcer la formation initiale et continue ainsi que le soutien aux professionnels

Beaucoup d’exigences sont adressées aux professionnels de l’aide aux personnes handicapées. Ils doivent être à l’écoute et au service des personnes handicapées, co-construire les projets de vie avec les personnes et les familles.

Il convient, dès lors, de leur assurer des temps d’analyse de leur travail, d’échanges interactifs sur leurs pratiques, leurs difficultés, leurs projets et leurs désirs d’innovation. A cette fin, des échanges de travailleurs entre services et institutions peuvent être organisés, ainsi que des moments de ressourcement collectifs où sont rassemblés, autour d’un même intérêt, des travailleurs issus de différentes structures.
Les compétences sociales et liées à l’écoute sont aussi au cœur des métiers du handicap. La formation initiale ou continuée, les éventuelles procédures d’agréation liées à certains métiers ou encore les conditions d’agrément des organismes ou associations doivent intégrer cette dimension.

D’autres professionnels, au sein de services non spécialisés (hôpitaux, services d’aide aux familles, gardes-malades), travaillent régulièrement avec des personnes handicapées et devraient également être formés et sensibilisés, dans le cadre des spécificités propres à chaque métier. A Bruxelles, les Services de formation aux spécificités du handicap peuvent y contribuer et pourraient intervenir lors de la formation des futurs infirmiers, par exemple.

Proposition : Renforcer le travail en réseau et créer des passerelles entre les métiers

Pour donner les meilleures chances aux personnes handicapées de développer leur autonomie, les solutions qui leur sont proposées doivent être élaborées et mises en œuvre collectivement. Ainsi, il est essentiel que l’ensemble des acteurs qui entourent la personne se parlent et se connaissent.

Proposition : Encadrer et financer l’émergence de nouveaux métiers

L’évolution démographique et le vieillissement de la population, y compris la population en situation de handicap, entraînent l’apparition de nouveaux métiers en réponse à des demandes et besoins nouveaux. Il en va ainsi de l’accompagnement et des soins à domicile, de la santé, de l’assistance à l’autonomie, des loisirs, d’études et d’apprentissages spécifiques, d’activités sportives …

Il y a un formidable défi à relever pour faire de ces nouveaux métiers des métiers attractifs, exercés dans des conditions sociales, financières et statutaires intéressantes. Ils doivent être valorisés, accessibles grâce à des formations spécifiques et doivent privilégier le travail pluridisciplinaire, en équipe, en réseau, en collaborations multiples.

[1] Ecolo a déposé une proposition de loi établissant un cadre légal pour la reconnaissance d’un statut d’aidant proche et pour un maintien de leurs droits sociaux, élaboré en collaboration avec les services de soutien aux aidants proches (53K1399).

Rapport d’évaluation des lois anti-discrimination

Les recommandations principales Le rapport d’évaluation des lois anti-discrimination est aujourd’hui sur la table du Gouvernement et du Parlement. Ce travail de plusieurs années a été réalisé par une commission d’experts, composée de représentants du monde académique,...

Quelques grandes mesures adoptées depuis le début de mon mandat. 

L'égalité des chances et l'égalité des genres peuvent parfois être perçus comme des concepts abstraits, ce sont pourtant des compétences et des objectifs bien concrets, tangibles et mesurables, qui permettent d’améliorer la vie quotidienne de chacune et chacun. Cela...

Adoption de l’article 22ter

Ce changement dans la Constitution Belge permet la garantie de leurs droits aux personnes en situation de handicap avec un ancrage durable dans la Constitution belge. Le handicap est déjà un critère protégé par la loi anti-discrimination, mais chaque jour, les...

Share This