Monsieur le ministre,

Notre réseau ferroviaire a été fortement impacté par la tempête Ciara.

Dimanche vers 18h, Infrabel et la SNCB ont décidé de limiter la vitesse des trains à 80 km/h sur tout le réseau ferroviaire.

Monsieur le Ministre,

  • Vu la prévisibilité de l’importance des événements météorologiques, comment la SNCB et Infrabel ont-ils anticipé les perturbations ?
  • Quelles informations ont été données aux voyageurs et à partir de quelle heure ? Une cellule de crise a-t-elle été mise en place ?
  • Comment la SNCB et Infrabel compte-t-il se préparer à faire face à ce type d’événement, sachant que leur intensité et leur fréquence s’intensifient avec l’amplification des changements climatiques ?
  • Enfin, à combien s’élèvent les coûts de cet épisode pour la SNCB et Infrabel?

Je vous remercie, monsieur le Ministre, pour vos réponses à mes questions.

 

Réponse du Ministre Bellot :

L’IRM avait annoncé une importante tempête en Belgique pour les dimanche 9 et lundi 10 février. 

Une communication préventive avait été déployée sur certains canaux de l’information voyageurs (sur la page des perturbations sur le réseau, de façon visuelle sur les écrans de crise et via les annonces en gare) pour prévenir les voyageurs et les inviter à consulter les écrans en gare, l’application SNCB ou le site sncb.be jusqu’au moment de leur départ.

Une cellule opérationnelle spécifique commune SNCB – Infrabel a été mise en place afin de prendre en commun les mesures nécessaires à la sécurité des convois et des voyageurs. Les conditions atmosphériques sur la base des prévisions annoncées ont été suivies rigoureusement par Infrabel et la SNCB afin de faire circuler les convois en toute sécurité.

La tempête n’a pas engendré de situations de crise, mais beaucoup de perturbations et plusieurs incidents çà et là sur le réseau ferroviaire belge en raison de la présence de branches et d’arbres sur les voies et la caténaire.

Les équipes techniques renforcées d’Infrabel étaient particulièrement sur le qui-vive et sont intervenues le plus rapidement possible partout sur le terrain pour limiter les conséquences au strict minimum et réparer les dégâts au plus vite. Je tiens dès lors à remercier tous les effectifs concernés d’Infrabel et de la SNCB pour le travail qu’ils ont accompli.

La vitesse sur le réseau ferroviaire belge a été limitée à 80 km/h jusqu’au lundi 10 février au matin. Cela a entraîné la suppression d’une trentaine de trains, essentiellement des trains de pointe, pour des raisons de sécurité.

Au final, l’impact de la tempête sur le trafic ferroviaire a été le suivant :

  • 32.096 minutes de retard pour les trains de voyageurs ;
  • 108 trains de voyageurs totalement supprimés ;
  • 305 trains de voyageurs partiellement supprimés.

Ces mesures ont été prises en étroite concertation avec Infrabel pour garantir la sécurité des voyageurs et du trafic ferroviaire. Infrabel et la SNCB ont mis tout en œuvre pour limiter au maximum les perturbations.

En matière de suivi, la SNCB et Infrabel participent à un groupe « Retour d’Expérience » en cas d’incidents sur le réseau. Ce groupe est composé de différents acteurs concernés (SNCB, Infrabel, opérateurs ferroviaires, police, pompiers, commune, protection civile, …) et analyse les incidents ayant engendré de nombreux retards afin d’en tirer des leçons pour l’avenir.

Dans le cadre du plan fédéral d’adaptation au climat, de nombreuses mesures sont également prises par les entreprises ferroviaires, comme par exemple l’analyse des éléments d’infrastructure sensibles aux changements climatiques, la cartographie des vulnérabilités du transport ferroviaire, la prise en compte des effets attendus des changements climatiques dans la planification à long terme des chemins de fer, des mesures préventives contre la chute des arbres, etc.

Enfin, à ce stade, il n’est pas encore possible de chiffrer les dégâts générés par cette tempête. Ceci prendra évidemment un certain temps.

L’intermodalité à Liège

Les mobilisations pour le climat signent-elles l’avènement d’une mobilité nouvelle ?...tout dépend d'où on parle.Il est désolant de constater qu'en matière de mobilité à Liège nous soyons incapables de répondre à la demande des cyclistes d'améliorer les conditions...

Share This