Le 8 mars 2024, j’ai cosigné dans Le Soir une carte blanche internationale avec des femmes influentes de différents pays. Ensemble, nous avons proposé 16 mesures pour une Europe meilleure pour les femmes. L’Union européenne doit être un instrument d’évolution, un projet féministe et démocratique pour toutes et tous.
L’Europe a un rôle de premier plan à jouer dans la défense des droits des femmes et des personnes LGBTQIA+. Si elle ne veut pas disparaître ou être dominée par ses principaux opposants qui espèrent bien prendre le pouvoir au Parlement européen, elle doit agir rapidement.
Ci-dessous la carte blanche en français et en anglais:
« De l’avenir des femmes peut naître l’avenir de l’Europe” – seize mesures pour une Europe féministe
L’Europe qui devrait être un instrument d’évolution continue vers plus de progrès et plus de justice ne peut se penser qu’à l’aune du projet féministe qui est éminement démocratique. 50 % des européens sont des européennes, une Europe démocratique ne peut donc qu’être une Europe féministe. 
Le 5 décembre 2023, des féministes de tous les pays de l’UE, réunies à Nantes (France) pour une conférence ont appelé les dirigeants politiques à harmoniser les droits des femmes dans l’UE. Leur objectif est de choisir les lois les plus avancées et les plus favorables des différents pays de l’UE et de les appliquer à toutes les femmes résidant dans l’Union européenne.
Cette initiative, inscrite à l’agenda politique de certains pays de l’UE depuis les élections européennes de 2009, trouve son origine dans les travaux menés par l’association française Choisir la cause des femmes, fondée par Simone de Beauvoir et Gisèle Halimi en 1971. Les bénévoles de l’association ont comparé les lois relatives aux droits des femmes dans tous les domaines de leur vie : droits sexuels et reproductifs, droit de la famille, lutte contre les violences patriarcales, indépendance économique des femmes, participation à la vie politique.
Elles ont ensuite établi un corpus législatif favorable à l’émancipation des citoyennes européennes et migrantes dans l’UE. Ce bouquet législatif comprend les lois les plus avancées en faveur des droits des femmes et des personnes LGBTQI de façon intersectionnelle. Les discriminations liées au sexe ou au genre sont en effet aggravées lorsque les personnes discriminées le sont également en raison de leur situation sociale, de leur origine ethnique, de leurs croyances, de leur handicap, etc.
Lors de la réunion de Nantes du 3 au 6 décembre 2023, nous avons débattu ces propositions. Nous avons convenu que, compte tenu des menaces extraordinaires qui pèsent sur la paix et les droits humains, sociaux et économiques, l’UE devrait prendre des décisions politiques fortes pour protéger les femmes et les personnes LGBTQI.
Nous avons ainsi réaffirmé que les femmes et les personnes LGBTQI sont les plus vulnérables face aux périls tels que :
– les crises internationales : conflits armés et génocides ;
– les crises démocratiques liées à la montée en puissance des groupes anti-féministes, anti-genre, anti-migrants, anti-UE et de l’extrême droite. Ces groupes sont aujourd’hui au pouvoir dans de nombreux gouvernements et parlements en Europe et dans le monde ;
– la montée sans complexe de l’ultralibéralisme, qui se nourrit des crises économiques, exacerbant encore les inégalités sociales et l’émergence de l’extrême pauvreté ;
– la crise climatique mondiale, qui provoquera des migrations massives et augmentera les taux de mortalité.
Face à toutes ces catastrophes apparemment inévitables, nous affirmons que l’Europe a un rôle de premier plan à jouer dans la défense des droits des femmes et des personnes LGBTQI. Si l’UE ne veut pas disparaître ou être dominée par ses principaux opposants qui se préparent à prendre le pouvoir au Parlement européen, elle doit agir. Cette action doit être menée par ses partis les plus progressistes, en accord avec les valeurs fondamentales de l’UE, en particulier la démocratie, la dignité et les droits de l’homme, les droits sociaux et l’égalité.
Nous appelons solennellement les candidats de ces partis progressistes aux élections européennes à reprendre les propositions législatives suivantes et à les appliquer dès leur élection :  
  • 1-Une éducation sexuelle complète dès la maternelle et tout au long de la scolarité ;
  • 2-Un accès gratuit aux moyens de contraceptions modernes ;
  • 3-Un accès libre et gratuit à un avortement légal et sûr ;
  • 4-L’inscription dans la charte des droits fondamentaux du droit à l’avortement ;
  • 5-Le droit au mariage pour tous les couples ; 
  • 6-Le droit d’adopter et l’accès à la procréation médicalement assistée pour toutes les personnes, célibataires ou en couple, homosexuelles ou trans ;
  • 7-L’adoption de la reconnaissance légale du genre basée sur l’autodétermination
  • 8-La définition du viol et de la violence sexuelle sur la base d’un consentement défini positivement ;
  • 9-L’adoption de lois-cadres sur les violences sexistes et sexuelles comprenant un ensemble de mesures de prévention, de sensibilisation, de formation des professionnels, d’aide aux victimes, de tribunaux spécialisés et un budget conséquent pour les mettre en œuvre ;
  • 10-Un salaire minimum vital dans tous les Etats européens ;
  • 11-Un congé paternité obligatoire de même durée que le congé maternité et un congé parental non transférable ;
  • 12-Une loi effective : à travail égal, salaire égal.
  • 13- Un scrutin proportionnel avec une alternance stricte de candidats masculins et féminins à toutes les élections ;
  • 14-Conditionner le financement des partis politiques à une parité effective à tous les niveaux de décision.
  • 15-Un soutien financier aux associations féministes et un soutien financier efficace aux politiques féministes.
  • 16-Une liberté de circulation effective pour toutes et tous

Nous appelons toutes celles et ceux qui partagent le principe du “Meilleur de l’Europe pour les femmes” à se joindre à nous pour promouvoir et faire avancer ce projet législatif dans chacun de leurs pays. Cela demande de l’engagement et du courage collectif. Il est urgent de s’engager !
“From the future of women can arise the future of Europe”
Sixteen measures for a feminist Europe
Europe, which should be an instrument of continuous improvement towards greater progress and greater justice, can only be apprehended through the feminist project which is eminently democratic. 52% of European citizens are European women, a democratic Europe can only be a feminist Europe. 
On the 5th of December 2023, more than 50 European feminists gathered in Nantes (France) for a conference to call on political leaders to harmonise women’s rights in the EU. The aim being to choose the most advanced and favourable laws from different EU countries and apply them to all women who reside within the European Union.
This initiative, which has been on the political agendas of some EU countries since the 2009 European elections, stems from work carried out by the French association Choisir la cause des femmes, founded by Simone de Beauvoir and Gisèle Halimi in 1971. The association’s volunteers compared laws concerning women’s rights in all areas of women’s lives: sexual and reproductive rights; family law; the fight against gender-based violence; women’s economic independence; and participation in political life.
They then established a legislative package favourable to the liberation of European citizens and migrants in the EU. It composes of the most advanced laws in favour of the rights of women and LGBTQI people by using an intersectional approach. This takes into account the many different ways each woman experiences gender discrimination and are also discriminated because of their social situation, their ethnic origin, their beliefs, their disability, and so on.
During the meeting in Nantes from the 3rd to 6th of December 2023 we discussed these proposals. We agreed that, given the extraordinary threat to peace and to human, social and economic rights, the EU should take strong political decisions to protect women and LGBTQI people.
We thus reaffirmed that women and LGBTQI people are among the most vulnerable in the face of perils such as:
– international crises: armed conflicts and genocide;
– democratic crises linked to the rise to power of the anti-feminist, anti-gender, anti-migrant, anti-EU, and the far right. As these groups now hold power in many governments and parliaments in Europe and around the world;
– the unabashed rise of ultra-liberalism, which thrives on economic crises, further exacerbating social inequalities and the emergence of extreme poverty;
– the global climate crisis, that will cause a huge level of migration and increase the rates of mortality.
In the face of all these seemingly inevitable catastrophes, we affirm that Europe has a leading role to play in defending the rights of women and LGBTQI people. If the EU does not want to disappear or be dominated by its main opponents who are preparing to take power in the European Parliament it must take action. This should be done by its most progressive parties, in line with the fundamental values of the EU, in particular democracy, human dignity and rights, social rights and equality.
We solemnly call the candidates from this progressive parties to the european election to take up the following legislative package and to apply it already they will be elected :
  • 1-a comprehensive sexual education;
  • 2-free access to modern contraceptives;
  • 3-free access to legal and safe abortion; 
  • 4-The inclusion of the abortion’s right in the Charter of Fundamental Rights of the European Union;
  • 5-The right to marry for all couples; 
  • 6-The right to adopt and have access to medically assisted procreation for all people, whether single or not, whether homosexual or trans;
  • 7-The adoption of the legal gender recognition based on self determination
  • 8- Definition of rape and sexual violence based on a positively defined consent; 
  • 9-The adoption of framework laws on gender-based violence and sexual violence that include a set of measures for prevention, awareness-raising, training for professionals, support for victims, specialised courts and a substantial budget to implement them; 
  • 10-A minimum living wage in all European states; 
  • 11-An obligatory paternity leave the same length as maternity leave and non-transferable parental leave;
  • 12-An effective law : equal wadge for equal work
  • 13-A proportional ballot with a strict alternation of male and female candidates at all elections;
  • 14-Condition the funding of political parties on effective parity at all decision-making levels.
  • 15-A financial support for feminist associations and efficient financial support for feminit’s policies 
  • 16-An effective freedom of movement for all 
We call on all those who share the idea of the Best of Europe for women to join us in promoting and advancing this legislative project in each of their countries. This requires commitment and collective courage. It’s urgent that we get involved!